Le numérique responsable

Continuer le développement d’un numérique responsable

Created with Sketch.

Approfondir le développement d’un numérique responsable en mettant en place des actions pour améliorer la durée de vie des matériels, en développant l’accessibilité des services numériques, en étant très vigilants sur le développement de la 5G et en mettant en place un label « Ecoloclic » dans les écoles.
Le numérique permet de disposer d’une myriade d’applications mobiles, de capteurs et d’objets connectés, de compteurs et de réseaux intelligents, qui peuvent ouvrir de nombreuses opportunités pour répondre aux défis environnementaux. .Au-delà de ces impacts positifs, chaque dispositif numérique a un impact direct sur la planète : utilisation de ressources non renouvelables plus ou moins rares, pollutions diverses participant à l’écroulement de la biodiversité, contribution aux changements climatiques, etc. Ces impacts directs ont lieu tout au long du cycle de vie des équipements électroniques : extraction des matières premières, transformation en composants électroniques, utilisation et fin de vie.
En nous appuyant sur la recherche et les pratiques déjà en place, il nous faut utiliser la transition numérique pour réaliser la transition environnementale, et vice versa, en ayant le souci de répondre à des besoins, et non de développer des usages qui rendent les usagers captifs de la technologie. Aussi, nous nous engageons à :

  • Rendre publique l’expertise de l’ANSES.

Nous demanderons une expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) sur les risques de la 5G.

  • Rencontrer les opérateurs qui souhaitent déployer la 5G sur notre territoire

En nous appuyant sur l’expertise de l’ANSES, nous organiserons une rencontre entre les opérateurs de la 5G afin de leur demander des comptes sur l’impact du développement de la 5G sur notre territoire.
Mettre en place des actions pour une politique vertueuse
Nous viserons ainsi à rallonger la durée de vie des matériels, à faire réparer les ordinateurs avec recours aux ateliers de réinsertion professionnelle, et à diminuer la consommation du papier.
Nous équiperons la collectivité, dans la mesure du possible, avec des logiciels libres, et dans des versions largement stabilisées, en partenariat avec les universitaires.
Développer l’accessibilité des services numériques
Nous réduirons l’illectronisme sur notre territoire et adapterons les services numériques aux personnes en situation de handicap.
Nous formerons des agents, chargés de d'accueillir, orienter, aider et former, les personnes avec handicap ou en difficulté avec les services numériques.

  • Mettre en place un label « écoloclic » dans les écoles primaires

L’éducation des plus jeunes est la clef pour garantir une gestion numérique vertueuse dans les années à venir.

  • Développer une filière sur le recyclage des matières numériques.

Il s’agira en la matière de travailler avec des établissements déjà existants, par exemple Cyclad et les Ateliers du bocage.

  • Mettre en place une politique de transmission des ordinateurs des uns aux autres

Ainsi l’Université peut alimenter d’autres organismes publics, avec un circuit d’économie circulaire et une gestion globale des ordinateurs, ce qui va dans le sens du label ordinateur 3.0.

  • Développer un pack numérique à 1€

Avec mise à disposition d’un ordinateur reconditionné, d’une formation à l’informatique et d’un suivi avec les acteurs publics.