Les cultures par tous et pour tous

Faire société : Développer une politique culturelle fondée sur le respect des droits humains fondamentaux

Created with Sketch.

Développer une politique culturelle fondée sur le respect des droits humains fondamentaux en soutenant les actions culturelles ancrées sur le territoire et dans le temps, en créant un Conseil permanent de la Culture, en renforçant les parcours d’éducation artistique et culturelle et en travaillant à l’égal accès de tous aux cultures.
Nous développerons une politique culturelle davantage faite par et pour les habitants. En effet la saison culturelle est ponctuée d’évènements culturels d’une grande richesse mais qui restent éphémères et qui sont fréquentés par une typologie de public récurrente.
Or nous avons la conviction que le rôle d’une politique culturelle doit être d’impulser la rencontre entre des personnes qui ne se connaissent pas, de donner à toute personne les 21 outils pour exprimer ses cultures, de faire dialoguer les différences pour créer ensemble de nouvelles formes d’expressions et faire société.

  • Soutenir les propositions culturelles participatives et ancrées

Nous soutiendrons davantage les propositions culturelles qui se déploient sur des temps longs et qui permettent l’émergence de créations culturelles participatives avec les habitants.
Nous mettrons l’accent sur l’ouverture des populations vers ces temps et espaces de créations en commun, grâce à l’accompagnement du secteur social et du monde associatif de manière générale.

  • Renforcer la politique de parcours d’éducation artistique et culturelle et inclure les familles

Nous poursuivrons le déploiement des Par[t]cours d’éducation artistique et culturelle en développant la participation des familles, en s’assurant que chaque enfant ait accès à au moins à un parcours avant son entrée au collège et en renforçant la solidarité avec les territoires ruraux de l’agglomération.

  • Favoriser l’inclusion de tous

L’inclusion de toutes les personnes est au coeur de nos préoccupations. Nous travaillerons avec les acteurs du médico-social pour mettre en place les conditions d’accueil des personnes en situation de handicap et de leurs familles. Il est indispensable qu’elles aient accès à des propositions culturelles plus régulièrement. Nous accompagnerons les acteurs culturels dans la meilleure prise en compte des besoins spécifiques.
Permettre, encourager, accompagner la création de journées « Patrimoine, culture et Handicap »
En et hors période touristique. Nous Permettrons l’accessibilité en véhicule porteur du macaron handicap, quelques journées par an, dans les zones patrimoniales et espaces naturels fermées aux véhicules, créerons des dispositifs d’accompagnements physiques sur les lieux patrimoniaux inadaptables aux normes en vigueur.

  • Donner une place à la jeunesse

La place de la jeunesse doit aussi être repensée au sein de nos espaces culturels. La création d’un lieu culturel dans le cadre du Plan de Rénovation urbain du quartier de Villeneuve doit être l’objet de l’expérimentation de cette ambition. Nous devons repenser les accueils et les usages de façon à répondre aussi aux envies des jeunes dans leurs pratiques.
Nous travaillerons avec les acteurs jeunesse pour, qu’en plus d’une politique tarifaire adaptée, nous arrivions à inclure les jeunes dans le milieu culturel via des temps d’engagement où ils pourront déployer leurs propres projets au sein de structures culturelles.

  • Créer un Conseil permanent de la Culture

Pour rendre possible ces projets, nous mobiliserons les acteurs à travers la constitution d’un conseil permanent de la Culture.
L’objectif de ce conseil permanent est de garantir la transparence et l’horizontalité des décisions. Il sera un conseil délibératif et opérationnel, amené à être force de proposition, évaluer les dispositifs existants, mobiliser pour favoriser les pratiques artistiques, en particulier dans les quartiers prioritaires de la ville, et animer un budget participatif de la culture.
Une cellule de veille du bien-être animal sera installée. Nous refuserons la venue de cirques avec des animaux.

  • Repenser la gouvernance de nos structures culturelles

Dans cette démarche de co-construction, la coopérative culturelle entre les trois acteurs du Gabut (CNAREP, Carré Amelot & un troisième acteur encore à définir) doit être un exemple de gouvernance partagée avec les usagers. Redonnons la capacité aux rochelais d’exprimer leurs envies, redonnons-leur la possibilité de participer à des projets collectifs, de les sensibiliser les temps de la création en étant au coeur de la conception des programmes culturels.

Connecter les Rochelais à leur ville en intervenant sur et dans l’espace public

Created with Sketch.

Connecter les Rochelais au patrimoine de leur ville en créant un pôle ressource patrimonial et à travers différents programmes comme « Une construction, une oeuvre », un musée itinérant ou le déploiement d’animations dans les musées.
L’objectif est d’amener les rochelais à voir la ville autrement à travers des oeuvres, de s’en approprier les richesses et de ne pas subir les transformations mais d’en être acteur.

  • Créer un pôle ressource patrimonial

Cela passe par un patrimoine et une architecture vivante, pour lesquels nous créerons un pôle ressources patrimoniales permettant de s’approprier les outils de la lecture de la ville (moments de commémoration festifs et participatifs, parcours mémoriels, possibilité de rebaptiser les rues, applications numériques, spécialistes, déambulation artistique notamment dans la cadre des journées du patrimoine...) permettant d’amener les habitants à redécouvrir la ville au-delà du vieux port.

  • Mieux s’approprier les usages d’un lieu avec le programme « une construction : une oeuvre »

Il nous parait aussi indispensable que pour chaque construction ou rénovation de lieux publics, 1% du budget soit consacré à la création artistique. En effet l’idée est de permettre l’appropriation de nouveaux usages par une démarche artistique dans et pour l’espace public. L’espace public doit être un espace de rencontre, de créativité et de diffusion.

  • Relancer le dispositif de musée des beaux-arts itinérant

Nous rechercherons aussi à montrer à l’extérieur ce qu’il se passe à l’intérieur des lieux culturels. Dans ce sens nous mettrons en place un musée des beaux-arts itinérant avec une ouverture du projet sur des arts nouveaux : le graff, le son, les arts plastiques ; les arts contemporains.
La requalification du Musée des Beaux-arts doit être un sujet de réflexion commune du Conseil permanent de la Culture.
Nous réfléchirons, dans le cadre de la CDA, à la création d’un autre musée des beaux-arts situé dans une autre commune pour favoriser un aménagement du territoire et une politique touristique sur l’ensemble de l’agglomération.

  • Un déploiement d’animation pour les musées

Nos musées jouent un rôle primordial dans la mémoire multiculturelle de la Ville et de son évolution. Nous aurons à coeur que les Rochelais les redécouvrent notamment avec un programme d’animation fort, déployé le premier dimanche du mois en corrélation avec la gratuité.

Développer des circuits courts et durables de la culture

Created with Sketch.

Développer les circuits courts et durables de la culture en encourageant la coopération artistique dans l’ensemble des quartiers, en favorisant la création de tiers-lieux pour les arts visuels, des lieux dédiés aux projections des festivals et les aides aux acteurs culturels du territoire via une réorientation d’une partie des subventions.
Avoir des artistes dans une ville est source de prise de hauteur, d’échanges, ils nous surprennent, nous bousculent dans nos représentations, nous amènent à mieux respecter nos semblables et à faire société ensemble. Ils participent à la cohésion de notre territoire, il est donc indispensable de créer les conditions de leur accueil, de la continuité de leur parcours professionnel et de leur installation durable.

  • Encourager la coopération artistique

Ainsi nous ré-impulserons la démarche de coopération des équipes artistiques pour consolider leur structuration et mieux faire rayonner leurs projets. Nous accompagnerons pour cela les démarches de création de collectifs d’artistes, particulièrement ceux qui se saisiront du sujet de la préprofessionnalisation.

  • Des artistes au coeur des quartiers

Nous serons dans une démarche volontaire de recherche de lieux pour accueillir leurs activités au coeur des quartiers, notamment en entrant en dialogue avec les bailleurs sociaux. En effet nous sommes convaincus que la place des artistes doit se fondre dans le quotidien des populations, que rencontrer et côtoyer un artiste doit faire partie naturellement d’un quotidien.

  • Redonner un souffle au théâtre avec un lieu dédié

Le secteur du théâtre doit être revivifié. Pour cela, la Fabrique du Vélodrome doit redevenir un lieu de création et de rencontre, le théâtre de proximité reliant la zone résidentielle Mangin au quartier de Lafond et Saint-Eloi.
Pour que cet outil puisse revivre en accord avec la population, des travaux d’isolation phonique et thermique seront réalisés, les espaces intérieurs réhabilités pour répondre au besoin de la création. Nous y accompagnerons l’implantation d’un collectif d’artistes souhaitant l’animer.

  • Créer un tiers-lieu des arts visuels

Aujourd’hui les artistes plasticiens sont nombreux à faire remonter leur besoin de lieux de création et de démonstration. Pour y répondre nous créerons un tiers-lieux des arts visuels permettant la rencontre des disciplines de ce champ et l’ouverture des pratiques aux amateurs.

  • Une bourse créative pour penser ensemble la résilience

Nous sommes aussi convaincus que la prise de conscience des bouleversements climatiques doit être portée par les artistes. Ils sont de formidables vecteurs de vulgarisation, d’acceptation et de mise en mouvement sur ce sujet. C’est pourquoi nous porterons la création d’une bourse pour les coopérations entre artistes et scientifiques, artistes et urbanistes sur l’urgence climatique.

  • Un fond d’aide aux cafés culture

Enfin nous souhaitons soutenir les autres formes de rencontre entre les artistes et les Rochelais. L’’accompagnement des bars vers la mise en oeuvre de programmation culturelle se fera à travers un fond d'aide à l'emploi artistique pour les cafés culture.

  • Créer un lieu dédié aux projections des festivals de cinéma rochelais.

Un tiers du montant des subventions culturelles est consacré à des évènements festifs, populaires mais extrêmement ponctuels qui ne favorisent pas la création et la diffusion culturelle locale. Nous réorienterons une part ces subventions aux artistes et aux projets locaux tout au long de l’année. »